Comment évaluer financièrement les entreprises grâce aux données publiques ?

analyse financière

L’analyse financière de l’entreprise consiste à jauger sa solvabilité et sa performance financière. Cette étude s’effectue à travers l’évaluation des résultats de ses états financiers, en vue de réaliser un investissement stratégique.

La révolution de l’usage de la donnée n’a pas excepté les données publiques, qui sont devenues disponibles en libre accès. Ces informations représentent un précieux renfort pour appuyer la démarche d’analyse financière et réaliser une étude plus ciblée.

Qu’est-ce que l’analyse financière d’une entreprise ?

analyse financière

L’analyse financière consiste à déterminer la valeur de l’entreprise, ainsi que ses sources de création de valeur. Cette étude permet d’établir une approximation proche de la valeur intrinsèque de l’enseigne, sur la base de ses données financières.

Ces informations sont récoltées à partir des états financiers de l’entreprise, à savoir le compte de résultat, le bilan et leurs annexes, sur les trois dernières années.

–    Le bilan associe toutes les ressources en possession de l’entreprise, comme ses capitaux propres et les recettes qu’elle a réalisées au cours de ces exercices. En plus de ses dettes fiscales ou fournisseurs.

–    Le compte de résultat s’intéresse au chiffre d’affaires réalisé pendant un exercice donné. Il récapitule l’ensemble des dépenses et des gains encaissés.

L’interprétation de ces documents permet de décortiquer la performance financière de l’entreprise et le potentiel de sa rentabilité sur le court et le long terme.

L’analyse financière permet à tout acteur (un acquéreur, un partenaire, un fournisseur, …) qui envisage de réaliser une transaction avec l’entreprise, de constituer une connaissance plus précise de cette enseigne et la portée de l’opération à réaliser avec elle.

Quand effectuer une analyse financière ?

Cette démarche est déployée à l’occasion d’une opération de rachat (ou de fusion), de reprise ou de cession. Elle permet de fournir aux parties prenantes une fourchette de prix raisonnable pour réaliser la transaction en question.

Les indispensables pour réaliser une analyse financière

Avant de se lancer dans l’analyse financière, il faut préalablement étudier ces éléments :

  • L’activité de l’entreprise : il faut analyser le potentiel de son offre et la capacité d’investissement sur le marché sur lequel elle se situe.
  • L’étude de marché consiste à:

–  Analyser l’évolution de la demande,
–  Constituer une idée sur les fluctuations du marché et la puissance de la concurrence,
–  Évaluer les parts de marché de l’entreprise.
–  Fixer des objectifs commerciaux.

●    L’environnement de l’entreprise : il rassemble les composantes externes avec lesquelles elle interagit et il définit toutes les relations qu’elle établit avec : ses clients, ses fournisseurs, ses concurrents, les institutions de l’Etat, etc.
L’étude de l’environnement inclut aussi l’analyse du secteur géographique, la législation, la technologie et tous les facteurs qui impactent l’activité de l’entreprise.

  • Le business model : il désigne le modèle économique que l’entreprise emploie pour mettre en évidence sa proposition de valeur et sa future démarche pour générer des gains. Il inclut notamment toutes les ressources financières et humaines que l’enseigne envisage de déployer pour mettre en œuvre son projet.

L’élaboration de cet état nécessite de réaliser une analyse approfondie de la concurrence et des besoins des utilisateurs. Cela dans le but de déceler une opportunité de se démarquer avec un produit/service qui se distingue de l’existant.
Le business model permet à l’entreprise et ses partenaires (les actionnaires, les bailleurs de fonds, les banques, etc.) d’avoir une vision plus claire sur l’efficacité du produit. De plus, il représente l’étape-clé pour préparer son business plan et évaluer la rentabilité du projet.

Les objectifs d’une analyse financière

objectifs d'analyse financière

L’analyse financière a pour objectif de :
–  Évaluer la portée d’une opération de reprise et les éventuels risques qui peuvent être encourus.
–  Analyser l’activité d’une entreprise concurrente, afin de détecter ses points de force faiblesse, ses stratégies d’acquisition de trafic, etc.
–  Donner une idée sur l’état financier de l’entreprise aux futurs actionnaires qui envisagent d’intégrer le capital social de l’enseigne, ou bien aux investisseurs qui projettent de la racheter.
–  Évaluer le niveau de compétitivité de l’entreprise, en se basant sur certains indicateurs comme la marge brute et le chiffre d’affaires.
–  Analyser la santé financière de l’entreprise et sa capacité de résister aux aléas économiques, à l’endettement et à la baisse de productivité. Cela nécessite le recours aux données du résultat d’exploitation et le bénéfice net.
–     Constituer une idée sur le potentiel de croissance de l’enseigne.

Comment élaborer un processus d’évaluation financière grâce aux données publiques ?

évaluation financière

Dans le but de se développer et d’étendre son activité, l’entreprise doit déceler les opportunités qui s’offrent sur le marché. A cet égard, elle doit bien connaître la situation de marché et collecter des données ciblées sur ses partenaires commerciaux.

Dans ce contexte, elle a tout intérêt à consulter les données publiques publiées sur les sites des sociétés spécialisées en information de solvabilité et de prévention de défaillance.

Ces données représentent une véritable mine d’informations pour mener une évaluation financière solide avant de se lancer dans un projet de partenariat ou d’une acquisition d’entreprise par exemple.

Ce sont des informations pertinentes, fiables et crédibles, qui s’adaptent aux besoins de l’entreprise.

Collecter les données publiques

collecter les données publiques

Les entités spécialisées en information publique (comme l’INPI, l’AMF et l’Insee) collectent, associent, contrôlent et trient l’ensemble de données de plusieurs  établissements de l’Etat et entreprises de toutes les tailles. Ces informations concernent essentiellement :

–    les données juridiques relatives au répertoire SIRENE de l’INSEE, au Registre National du Commerce et des Sociétés, aux annonces BODACC, comme kbis, statuts, etc.

–    Les données financières et économiques, boursières : chiffre d’affaires, bilan, résolution de l’assemblée générale des associés, résultat net, effectif, etc.

–    Les données sur la concurrence.

–    Les données sur les habitudes de consommation, la segmentation et les besoins des clients.

–    Les données technologiques.

Les données publiques sont accessibles librement et permettent aux acteurs économiques qui appartiennent à l’environnement de l’entreprise de disposer de la même information, à n’importe quel moment.

L’utilisation de ces données contribue à effectuer :

–    Une veille plus pertinente sur la viabilité du projet et les flux de liquidité qui peuvent en découler.

–    Une évaluation plus fine de la situation financière et de la solvabilité des partenaires et des clients. Ce qui permet de se protéger contre les risques d’impayé.

–    Des échanges commerciaux plus optimaux.

–    Un ciblage plus pertinent.

–    une meilleure efficacité des décisions à prendre.

–    Une étude de marché plus précise.

–    Une anticipation des variations de prix.

–    Une analyse concurrentielle détaillée avant le lancement d’un produit.

Choisir la bonne méthode d’évaluation

Il existe différentes méthodes pour l’évaluation de l’entreprise, telles que :

  • La méthode patrimoniale : elle permet d’évaluer la valeur de l’entreprise en déterminant l’actif net comptable corrigé (ANCC). Pour ce faire, il faut rassembler tous les actifs de l’entreprise et les réévaluer selon la valeur actuelle du marché. Par la suite, l’ANCC est calculé en soustrayant les dettes réelles de la valeur des actifs réels de l’entreprise.

Cette méthode est adaptée aux entreprises qui disposent d’un actif important, mais qui génère une rentabilité restreinte. Cette évaluation est utile dans le cas de remplacement ou de liquidation.

  • La méthode comparative ou la méthode des comparables consiste à déterminer la valeur de l’entreprise à une date déterminée, en faisant une comparaison avec la valeur d’une autre entreprise appartenant au même secteur.

La valeur de l’entreprise est établie en multipliant le multiple de valorisation retenu par le critère retenu.

  • La méthode de rendement (ou par flux de trésorerie actualisés) : elle évalue la rentabilité de l’entreprise à long terme, tout en se référant aux prévisions du business plan.

Cette méthode consiste à déduire la valeur de l’entreprise de la valeur actuelle des bénéfices qu’elle est capable de générer dans le futur.

  • La MVA (Market value added) désigne la valeur créée par l’entreprise. Cet indicateur peut être obtenu par la différence entre la valeur de la capitalisation boursière et le montant des actions investies par les actionnaires.

Élaborer un business plan

Elaborer un Business plan

Le business plan représente un plan prévisionnel d’affaires, qui vise à consolider les idées proposées dans le business model. Cela permet d’évaluer la rentabilité du projet et estimer les financements nécessaires à sa mise en œuvre.

Il s’agit d’un outil de négociation percutant pour convaincre les partenaires de l’envergure du projet et d’obtenir un financement auprès des institutions financières. En effet, ce plan capture les objectifs, les moyens et les recettes que le projet est censé réaliser sur une durée déterminée à l’avenir.

Le contenu de ce document repose sur ces éléments :

·        Le bilan prévisionnel,

·        Le compte de résultat prévisionnel,

·        Le plan de trésorerie,

·        Le tableau de financement.

Conclusion

L’analyse financière basée sur des données publiques assure un résultat plus probant. En effet, l’alliance entre ces deux éléments forme un outil puissant d’aide à la décision. Il permet à l’entreprise de mieux connaître son environnement et de choisir l’acteur idéal pour rentabiliser son investissement.

Dans le souci de réglementer l’utilisation des données publiques et préserver leur intégrité, la réforme règlement général sur la protection des données (RGPD) a été mise en place. Ce règlement contrôle l’utilisation transparente des données personnelles par les organismes publics et privés.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.